Mon héroïne

 »-. Je n’ai pas besoin, s’est dit le poète, que mon héroïne soit une héroïne. Pourvu qu’elle soit suffisamment jolie, qu’elle ait des nerfs, de l’ambition, une aspiration irrefrenable vers un monde supérieur, elle sera intéressante. Le tour de force, d’ailleurs, sera plus noble, et notre pécheresse aura au moins ce mérite, comparativement fort rare, de se distinguer de ces fastueuses bavardes de l’époque qui nous a précédés.

50x60cm  »La blonde que voilà  », galerie Femmes, Femmes, Femmes

Je n’ai pas besoin de me préoccuper du style, de l’arrangement pittoresque, de la description des milieux. Je possède toutes ces qualités à une puissance surabondante. Je marcherai appuyé sur l’analyse et la logique, et je prouverai ainsi que tous les sujets sont indifféremment bons ou mauvais, selon la manière dont ils sont traités, et que les plus vulgaires peuvent devenir les meilleurs-. Il ne restait plus à l’auteur, pour accomplir le tour de force dans son entier, que de se dépouiller, autant que possible, de son sexe, et de se faire femme… » Charles Baudelaire (L’Art romantique)

Une réflexion sur “Mon héroïne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s