Ma si jolie geisha

 »-. Shoko avait appris à danser et chanter. Les patrons des meilleures maisons la remarquèrent. Aussi put-elle se soustraire à l’obligation de coucher avec la clientèle. Pour devenir une geisha accomplie et relever ses cheveux, symbole des femmes mariées, il lui fallait trouver un homme. Plusieurs se la disputèrent car, si elle avait perdu sa virginité depuis belle lurette, elle représentait un magnifique trophée. Le lauréat pourrait se vanter d’avoir fait d’elle une femme.

Bien curieusement, elle était devenue daiyu à cause des maladies vénériennes. On disait qu’à Kyoto une personne sur dix était malade. Les jeunes samouraïs de la ville, à l’âge où le sang bouillonne, se relayaient sans arrêt chez les filles. Contaminée, Shojo commença à perdre ses cheveux et fut cesser de travailler. Mais la solidarité qui unissait les geishas opéra, ses collègues lui apportèrent à manger ainsi que des médicaments chinois et des prophylactiques. La maladie ne progressa plus, les cheveux repoussèrent, le mal se résorba. Une fille guérie devenait d’autant plus recherchée qu’elle avait acquis une immunité précieuse. Alors, elle pouvait prétendre au titre de daiyu. » Hwang Sok Yong (Shim Chong, fille vendue)

2 réflexions sur “Ma si jolie geisha

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s