Prophylactiquement vôtre

 »-. Il arrivait pourtant qu’au retour d’un bal, la 🌃, les occupants d’un carrosse fussent jetés d’un frisson au fond capitonné des banquettes. Un de ces sinistres tombereaux les croisait, qui emportait vers l’une des portes de la ville, en geignant sur ses essieux, son chargement de morts. Un commerce s’était mis à fleurir sous le manteau. On achetait à prix d’or pierres précieuses, amulettes et talismans réputés préserver contre la contagion. C’était tantôt des petits parchemins gravés d’incantations, qu’on se nouait, cousus dans des sachets, au cou, et qu’on porta plus tard sous la 👅.

Projet 🎏, le 🐟-bijou

Images pieuses, formules magiques, abraxa ou abracadabra, 🐍 enlacés, tout y pouvait figurer. Tantôt des noisettes évidées remplies de vif-argent et scellées à la cire espagnole, tantôt des sachets précieux contenant des poudres d’araignée pilée, de vipère, de 🦂, de crapaud, d’arsenic. On murmurait que le pentacle de la duchesse S était cousu, comme autrefois celui de Catherine de Médicis, en peau d’enfant. Mais la grande affaire, dans la vie de ces gens, restait encore d’être ou non invité par l’ Empereur à un carnage de 🐐. » Christiane Singer (La mort viennoise)

Une réflexion sur “Prophylactiquement vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s