Les chemins de Mongolie

 »-. Les Japonais s’étaient toujours intéressés de près à la Mongolie. Une partie de ma formation d’espion avait consisté à mémoriser les routes que les archéologues européens avaient emprunté pour traverser le désert de Gobi. Mon but était de faire passer ta mère au Kazakhstan. Il peut sembler que l’idée de faire passer ta mère au Kazakhstan revenait à la livrer aux ✋ des soviétiques. Mais l’art de l’espion est justement de savoir se fondre dans l’anonymat, et le Kazakhstan était dans le chaos total depuis la guerre. Des milliers de Russes s’étaient réfugiés là pour fuir les Allemands, et il y avait beaucoup de gens sans papiers d’identité.

40x50cm ‘la route de la soie »

Des cavaliers expérimentés auraient pu faire le voyage en trois mois. Mais il nous fallut, à nous, près de deux ans. Nous avions acheté des 🐎 à une tribu de nomades, et nous devions faire attention à ne pas les pousser au-delà de leur endurance. Donc, nous ne pouvions nous déplacer que pendant les sept mois d’été. Sans les quelques mots de mongol et l’hospitalité des gens, ta mère et moi serions sans doute morts. Je ne sais pas ce qu’est devenu Tang. Je ne l’ai jamais revu, et visiblement il ne t’a jamais trouvée non plus… » Belinda Alexandra (Le Gardénia Blanc)

2 réflexions sur “Les chemins de Mongolie

  1. Ping : Les chemins de Mongolie – Le Vélin et la Plume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s