Picasso, période noire… Picasso, période rose

 »-. En 1905, décidé à vivre définitivement à Paris, Picasso n’a trouvé à se loger qu’à Montmartre, dans une bicoque brinquebalante et de guingois baptisée Le ⛵ Lavoir. Pour un modeste loyer de quinze francs par mois, il occupe un atelier au deuxième étage sur la cour. Fernande a remarqué Picasso, cet Espagnol râblé et timide, aux yeux brûlants et dont une mèche de jais agace le front. Pour la première fois, elle entre dans le domaine de Picasso… Elle est surprise par la douleur exprimée sur les toiles. Elle, joyeux 🐦 de la Butte, est heurtée par cette désespérance étalée, elle ne voit dans cette oeuvre encore ébauchée que le côté morbide.

Projet Picassez-vous la tête

Mais ce qui retient son attention de femme rangée, c’est le désordre des toiles empilées, des tubes de couleur et des pinceaux abandonnés à même le sol et, comble d’horreur, une souris 🐁 blanche apprivoisée qui niche dans le tiroir de la table. En entrant dans cet étrange bric-à-brac, Fernande jette de ses yeux rieurs et de son minois gourmand une lueur lumineuse sur ce triste repaire. Picasso est amoureux, les teintes roses, couleur de bonheur et d’espoir, vont envahir ses toiles. » Lorant Deutsch (Métronome)

Une réflexion sur “Picasso, période noire… Picasso, période rose

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s