New-York, me voilà !

 »-. Debout sur le pont, Zoya regardait avec un émerveillement intimidé le ⛵ Paris accoster le quai construit au bord de l’Hudson par la compagnie maritime française, qui tirait orgueil d’avoir le plus grand débarcadère du monde. Elle portait un tailleur noir de chez Chanel, que Clayton lui avait acheté avant qu’ils partent de Paris. Chanel venait de s’installer rue Chambon, et ses modèles étaient bien plus séduisants.

Projet 🦋, le 😈 s’habille en 🦋
Projet 🦋, ma modiste s’appelle 🦋

On ne servait plus de 🍾 à bord, les navires français devaient respecter la loi de prohibition, et toute trace de boisson alcoolisée disparaissait une fois qu’ils avaient pénétré dans les eaux territoriales américaines. Dans les eaux internationales, en revanche, il n’y avait pas d’interdit sur les ⛵ anglais et français. Et c’est ce qui faisait leur grand succès, car sur les ⛵ américains, on n’en vendait pas du tout. La 👥 que New-York découpait sur le ciel ne ressemblait à rien de ce qu’elle avait jamais vu. Plus question d’églises, de bulbes, de flèches et de l’antique élégance de la Russie. Ou de la gracieuse splendeur de Paris. C’était moderne, vivant, enthousiasmant, et elle se sentit bouillonner de jeunesse quand il la conduisit vers son Hispano-Suiza, pendant que son chauffeur passait la douane avec leurs malles. -. Eh bien, mon ❤️, qu’est-ce que tu en penses ?-

50x70cm « Oh, mon New-York ! »
50x70cm « La statue de la liberté »

On était loin des routes couvertes de neige qu’elle avait parcourues en troïka. Il y avait dans les rues des 🐎 et des voitures, des femmes en manteaux aux couleurs vives bordés de fourrure, et des hommes qui marchaient d’un pas pressé à côté d’elles. Elle avait l’impression de vivre un rêve avec l’homme qui l’avait sauvée des misères de son séjour à Paris. Elle n’avait pas imaginé qu’il était à ce point fortuné et important dans la société new-yorkaise. – Pourquoi ne m’as-tu rien dit de tout cela ?-. Cela n’aurait rien changé-. » Danielle Steel (Zoya)

Viens chez moi j’habite chez une copine, la 🏡 de poupée
Viens chez moi j’habite chez une copine

Mon conseil-. Tu l’aimes, il t’aime, il est beau et il est riche, ce qui ne gâte rien. L’avenir s’ouvre devant toi. Ne change rien et profite ! Bienvenue à New-York !

Projet 🦋, le nœud-papillon
Projet 🎏, le 🐟 bouclettes

2 réflexions sur “New-York, me voilà !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s