Dis, Christine, et si… PEINDRE nuisait à ma santé ?

-. Certes non ! Explique-moi tes inquiétudes, afin que je puisse argumenter en faveur de ma passion ! -. Voilà, je suis de nature plutôt indolente. J’aimerais tenter l’aventure de la peinture, mais je crains fort, alors, de ne plus guère quitter mon coin de terrasse au ☀️ ou mon canapé -télévision que pour m’asseoir devant un chevaletIl vaudrait mieux que je m’adonne à un sport, des séances de gymnastique par exemple-. Tu envisages la peinture comme une fin en soi, c’est-à-dire, effectivement, t’asseoir devant ton chevalet avec pinceaux et couleurs. C’est ignorer le concept global. Qui part de la toute première phase, la méditation suivie de l’interrogation puis de la réflexion, pour se dérouler selon un schéma beaucoup plus complet, et complexe. À savoir la composition, l’exécution, et enfin la présentation qui passe souvent par une exposition de tableaux, et plein d’autres rencontres avec d’autres artistes et le public. On se démène beaucoup lorsque le démon de la peinture nous saisit…

Christine au pinceau -sur de grands formats, c’est parfois sportif…-
40x50cm  »Éternel féminin  », poème William Butler Yeats, vendu -la tête et les jambes-

Ce ne sont pas là des phases passives. Je marche beaucoup, par plaisir et aussi par curiosité intellectuelle, en réfléchissant et en regardant autour de moi. En humant les senteurs, en regardant les paysages, les couleurs. En imaginant des situations, en sublimant les lieux, toujours dans ma tête bien sûr. Pour qui désire la vivre de façon active, la peinture ne fige pas dans une position statique mais, bien au contraire, entraîne vers un exercice salutaire du corps et de l’esprit.

PEINDRE dans un joli site, pas si facile d’accès avec tout le matériel
Se jucher en haut d’un escabeau, en dépit du vertige, pour accéder aux cimaises

Mon conseil. PEINDRE, c’est avant tout un état d’esprit, qui maintient en bonne condition physique. -Tiens, je te propose une petite balade, pour repérer de forts jolis coins susceptibles de titiller ton ✏️- Mieux encore, la peinture en plein air, sur le motif, telle que la pratiquaient les impressionnistes, oblige à une marche d’approche -sachant que les plus jolis points de vue sont les plus escarpés-, muni d’un matériel succinct mais bien présent et parfois un peu pesant. -. Ce n’est pas du sport ça ? -. Excellent pour ma santé. Ça me va !-

30x40cm  »Viens chez moi, j’habite chez Évelyne  », galerie La meilleure façon d’habiter -la peinture sur le motif, largement sublimée –
Enfin, on expose, c’est l’apothéose ! -Très fatigant, et combien d’allers et venues, entre préparatifs, vernissage, et visiteurs-

Une réflexion sur “Dis, Christine, et si… PEINDRE nuisait à ma santé ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s