Le clan des rouquins

 »-. Garmin le Parcheminier hocha plusieurs fois avec conviction son chef frisé où, par endroits, le poil roux virait au blanc. Les trois filles du parcheminier conjuguaient sur leurs têtes toutes les nuances fauves qui couronnaient leur père. L’aînée, Brunissen, que ses dix-huit ans et une nature discrète paraient d’une certaine sagesse, laissait voir sous son voile des bandeaux couleur de 🍞 brûlé qui s’harmonisaient avec ses prunelles brunes et douces comme les ailes des 🦋 de 🌃. Flaminia, de deux ans sa cadette, était dotée d’une crinière de 🔥, frisée, si violemment rousse qu’on pouvait s’étonner que ses nattes flamboyantes ne crépitent pas comme flammes sur braise. À son approche, on ne voyait que cet embrasement.

50x60cm  »La Rouquine  », galerie Femmes, Femmes, Femmes

Quant à la plus jeune, Alaïs, âgée de quinze ans tout juste, elle était casquée d’un blond ardent où l’or s’ensoleillait. Son frère jumeau, Landry, arborait la même toison dorée. Osseux et musclé comme un jeune poulain qui n’a pas encore atteint sa stature définitive, il promettait de devenir un fier colosse !  » Jeanne Bourin (Les Pérégrines)

Une réflexion sur “Le clan des rouquins

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s