Rencontrer son trisaïeul, grâce à la machine à explorer le temps

-. Il n’importe, il serait indigne de savoir le Roy en péril de mort et de ne le point avertir du danger, à tout le moins-. Vous agirez comme vous l’entendrez, Monsieur, et nous vous aiderons de notre mieux, dans ce que vous jugerez convenable de faire. Mais je crois qu’il serait bon de songer également à notre propre sécurité et d’aviser aux moyens de quitter ce pays, qui sera bientôt arrosé de sang et de larmes-. Quoi ! Monsieur, vous voudriez fuir et abandonner le Roy, à l’heure du danger?-

Projet La minute 🦋, TIC -tac

Il le faudra bien, les papiers qui ont été conservés dans notre famille -ou plutôt, qui seront conservés -, m’ont appris que vous aviez émigré vers la fin de juillet 1789, en même temps que le comte d’Artois. Que vous vous êtes réfugié à Hambourg où vous avez connu Mademoiselle de Sourdval, que vous en avez eu deux fils, dont l’un mourut sans enfants, et dont l’autre, le comte Gaspard de Longepierre, fut mon bisaïeul. -. Eh, Monsieur, que venez-vous me parler de la mort d’enfants qui ne sont pas encore nés? De quelle angoisse allez-vous remplir ma vie, en me la dictant ainsi, au nom du destin ? Ne vais-je donc plus rien changer à la conduite de mon existence, dont vous parlez si allègrement au passé, alors que vous devriez en parler au futur ?- » André Rigaud (L’étrange voyage de Teddy Hubbarth)

2 réflexions sur “Rencontrer son trisaïeul, grâce à la machine à explorer le temps

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s