J’ai épousé l’idéal féminin…

 »-. Angelina était plus jeune que vous quand je l’ai épousée. Aujourd’hui, elle aurait votre âge. Avant même qu’on l’autorise à recevoir la visite de ses soupirants, elle était environnée d’une myriade d’hommes qui se bousculaient pour lui demander sa ✋. Le fait que son père, très fortuné, lui ait constitué une grosse dot ne gâtait rien à l’affaire. Quand elle en a eu l’âge, elle a passé beaucoup de temps à la Cour, en la distrayante compagnie des pires roués. Nos parents étaient voisins, aussi ai-je pu suivre de loin son évolution. Pour moi, Angelina n’était qu’une enfant.

Projet 🎏 d’avril

Mais, un beau jour, elle m’a vu à la chasse. Elle a poussé son 🐎 dans ma direction, s’est mise à me faire la conversation, probablement pour me prouver qu’elle avait grandi depuis notre précédente rencontre. Spirituelle, charmeuse, belle, c’était l’idéal féminin. Elle m’a certifié qu’enfant, déjà, elle rêvait de devenir ma femme, qu’elle avait décidé de me conquérir après m’avoir vu faire la cour à un certain nombre de jeunes personnes. Cette créature déterminée à épuiser mes résistances jusqu’à ce que je la demande en 💒, je l’ai épousée sans songer que mes absences répétées risqueraient de la lasser, elle qui s’était fait tant courtiser. Vous devinez la suite… » Kathleen Woodiwiss (À la cour du Tsar)

Une réflexion sur “J’ai épousé l’idéal féminin…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s