Le rapport du psychiatre

 »-. E-mail du docteur Joseph Elias, psychiatre au Queen Victoria Hospital-. Quelle merveille que la technologie moderne ! Ma secrétaire m’informe qu’elle a reçu votre e-mail et que vous souhaitez que je réponde par retour. Eh bien je suis heureux de le faire, encore que je me demande si les réponses hâtives sont une bonne chose… Vous me criblez de questions. Qui est le plus à blâmer ? L’architecte d’un crime ou celui qui le commet ? L’honneur des forces de police doit-il pâtir des agissements d’une brebis galeuse ? La justice peut-elle être sélective ? Le tort causé par une mère à son enfant est-il réparable ? Peut-on soigner les violeurs ? Un enfant peut-il être mauvais ? Un crime est-il excusable ? Est-il normal que les fautes d’un père retombent sur sa famille ?

Diamètre 50cm  » J’ai vendu ton âme au 😈 »

Dans une modeste amorce de sagesse, puis-je suggérer ceci. Si vous cherchez sincèrement que justice soit rendue à votre amie, alors, c’est vous arroger une trop grande autorité que de penser seulement à de telles choses. Il ne vous appartient pas d’en décider, ma chère. La justice est impartiale. Seule la vengeance est de parti pris. Et n’est-ce pas contre le parti pris que vous vous êtes battue pendant toutes ces années ? Cordialement, Joseph. » Minette Walters (Un 🐍 dans l’ombre)

2 réflexions sur “Le rapport du psychiatre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s