Le Périple pour la vie

 »-. Le trajet vers la frontière finlandaise demanda sept heures, bien que ce ne fut pas loin de Petrograd, mais Fiodor avait soin d’emprunter les petites routes. La traversée de la Finlande depuis Beloostrov jusqu’àu Turku dura deux jours entiers, et lorsqu’ils arrivèrent à Turku tard dans la 🌃, Zoya eût l’impression qu’elle resterait engourdie jusqu’à la fin de son existence. Tout son corps semblait figé dans la position qu’elle avait sur la troïka. Ils trouvèrent une petite auberge, où ils louèrent deux chambres. Le lendemain matin, Fiodor vendit les 🐎 pour une somme ridiculement modeste. Puis tous trois embarquèrent sur un brise-glace à destination de Stockholm. Ce fut encore une journée interminable sur ce ⛵ qui avançait lentement, au milieu des glaces entre la Finlande et la Suède. Les trois compagnons parlèrent à peine, chacun perdu dans ses pensées.

40x40cm  »En chariot bâché  »
Projet 🎏 d’avril, le ⛵🐟

Ils arrivèrent à Stockholm vers la fin de l’après-midi, juste à temps pour attraper le train de 🌃 pour Malmo. Une fois à Malmo, ils prirent le transbordeur pour Copenhague, où ils descendirent dans un petit hôtel. Alors, le matin suivant, ils quittèrent Copenhague pour la France sur un vapeur britannique. Zoya semblait à ce moment-là presque hébétée, et elle fut en proie à un mal de mer terrible. Ils étaient tous épuisés après ces jours de voyage. Ce voyage n’en finissait pas , en troïka, en ⛵ et en train, avait été une rude épreuve. Ils parlaient peu, dormaient rarement et aucun d’eux n’avait appartement jamais faim. Ils avaient tout laissé derrière eux, un mode de vie, mille ans d’histoire, les êtres qu’ils avaient aimés et perdus

40x40cm  »Le petit train jaune »
50x70cm  » Sur le quai de gare »

-. Qu’est-ce que nous allons faire, grand-mère ?-. Assise dans sa cabine minuscule, Zoya observait sa grand-mère d’un air malheureux. Finie la magnificence des yachts impériaux, les palais, les princes, les réceptions. dissipées l’affection et la chaleur de la famille. disparus les gens qu’elles avaient connus, et même l’assurance qu’elles auraient suffisamment à manger le lendemain. tout ce qu’elles avaient, c’était leur vie.. » Danielle Steel (Zoya)

Projet Viens chez moi, j’habite chez une copine
Projet 🎏 d’avril, la boîte de sardines

2 réflexions sur “Le Périple pour la vie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s