À la vie, à la mort

 »-. Quand elle s’éveilla au carillon de l’angélus, la fièvre la brûlait. C’était l’heure où elle le retrouvait. Elle voulut se lever, mais une torpeur invincible l’en empêcha. Elle appela Resi, ranima d’un sourire sa voix qui défaillait. Elle lui indiqua où trouver Adrian dans la ville, l’enjoignant de le ramener au plus vite. D’un seul regard, la vieille femme mesura le désastre, mais ce qui la bouleversa plus encore, ce fut le juvénile et presque malicieux embarras que coûtait à sa maîtresse l’indirect aveu de sa passion. L’effort qu’avait fait Eléonore pour parler, la joie d’y être parvenue malgré l’engourdissement de sa langue, et la certitude où elle était maintenant qu’il viendrait, la berçaient d’une sérénité grave.

80x60cm  » Elle et lui  », collection privée

Une toux rauque accueillit Adrian à la porte. Arrachant à deux ✋ le masque à bec que la loi le contraignait à porter, il s’abattit près d’elle. -. C’est là aussi loin que tu peux m’accompagner-. Et, le doigt sur la bouche, elle lui fit signe de se taire. Elle dériva toute la 🌃 dans la brume d’opium dont il enfuma la chambre pour alléger ses souffrances. Elle mourut à l’aube. La fièvre et la drogue lui laissèrent jusqu’à la fin cet éclat du regard, cet embrasement des pommettes que donnent aux corps comblés les désordres de l’amour. » Christiane Singer (La mort viennoise)

2 réflexions sur “À la vie, à la mort

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s