Sus à l’incendiaire !

 »-. Journées courtes. Longues 🌃. Le bourg entier continuait à se passionner, à répéter.- Qui ? Qui ?-. Mais surtout, il continuait à trembler. L’opinion qui, en général, n’aime pas les longues alertes et ne dédaigne pas de retrouver son moral aux frais de quelque pauvre bougre, refusait de se rassurer. Et la peur demeurait intacte. Une peur bête, du genre pousse-verrous, tire-volets, aidée par l’automne, ses vents, ses pluies, ses grands gémissements d’🌲, ses tourbillons de feuilles bruissantes, ses 🌃 humides où prospère comme un 🍄 la tête blanche de la trouille.

30x30cm  »La brûlure du 🔥 », galerie Les clins d’œil de dame nature

Un peu partout, pour éloigner l’incendiaire, pour lui faire croire que tout le monde n’était pas couché, on laissait une lampe allumée. Un peu partout, également, et chez nous comme ailleurs, les femmes remplissaient chaque soir tous les seaux de la 🏡 pour avoir le plus d’eau possible sous la ✋. Enfin, dans la pénombre des chambres, luisaient les canons de fusil chargés à blanc, à plomb, à sel ou à balle selon l’état d’âme, le degré de férocité de leur propriétaire. Tandis que, dans la 🌃, répondaient d’autres lueurs vagues, d’autres canons de fusil. Ceux des vigiles qui commençaient à tourner. » Hervé Bazin (L’huile sur le 🔥)

Une réflexion sur “Sus à l’incendiaire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s