Un fou nommé Vincent

50x60cm  »Foufou  », poème de Mawé, galerie Chemins de spiritualité

 »-. Avec Van Gogh, il semble qu’il y a, dans son oeuvre, trois aspects distincts du point de vue qui nous intéresse. Toute une partie de son œuvre est dominée par la folie. Cette partie dominée par la folie appartient à un univers spécifique, et justifie une étude spécialement orientée. D’un certain point de vue. Vincent van Gogh est le plus doué des fous, mais un fou. Plus exactement, il y aurait lieu, sans doute, de se demander dans quelle mesure il existe, conjointement ou non, dans ses dernières oeuvres, deux systèmes. Un système où se conservent les principes de ses premiers ouvrages. Et un autre, dominé par sa folie. À moins, au contraire, que ne découvre déjà dans ses premières œuvres le germe de la future maladie ?

30x30cm  » Le fou du Roy  »
30x30cm  » Pensées toxiques  », poème de Mawé

La maladie de van Gogh affecte, sans aucun doute, à des degrés divers, plusieurs aspects de son oeuvre. Il semble, finalement, que le courant morbide, qui finit par dévorer tout le reste, se manifeste chez lui par un phénomène de participation, d’identification, de fusion progressive de l’intelligence avec le monde. Le problème de l’espace s’évanouit pour lui au moment où la maladie atteint à l’hallucination totale. » Pierre Francastel (Études de sociologie de l’art)

25x25cm  »Le ciel étoilé », galerie Faussaire
25x30cm  »Ciel ! », galerie Faussaire

Mon conseil. Il est de notoriété publique que Vincent van Gogh souffrait d’une grave maladie mentale. Se demander quand, pourquoi, comment cela pût affecter son oeuvre, lui qui, à juste titre, est considéré comme le roi de la couleur alors qu’il mit fin à ses tourments en se supprimant, reste une source d’interrogation pour tout artiste. Chacun d’entre nous n’est-il pas un peu fou pour être artiste, ou le fait d’être artiste, à savoir un créatif à la sensibilité à fleur de peau, ne conduit-il pas doucement, lentement, inexorablement, sur la pente descendante de la douce folie ? Et si, d’aventure, nos tableaux étaient le reflet de notre équilibre mental ? Aïe, pour moi le diagnostic ne serait-il pas serait pas sans appel ? -. Heureusement, le secteur psychiatrique de notre beau pays étant en grave déshérence, nombre de peintres-barbouilleurs vont continuer de sévir en toute liberté de 🖌️. Ouf, moi et les autres, sauvés !

Ovale 50x70cm  » Les Roses », galerie Faussaire, vendu

2 réflexions sur “Un fou nommé Vincent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s