Le Bénarès de mes jeunes années

 »-. Je me souviens mal du Bénarès de mon enfance. J’y suis née, mais nous en sommes partis lorsque j’avais trois ans. Je me rappelle vaguement le palais où nous habitions, et qui me semblait immense. Je courais dans les enfilades de salles poussiéreuses et vides. Je me penchais sur la terrasse pour regarder juste en dessous le Gange boueux. Le Palais appartenait à l’oncle de Nana Sahib, le 🤴 Chimagi. Il avait été chassé de Puna lorsque les Anglais l’avait déposé, et mon père, qui avait toujours été à son service, l’avait suivi dans son exil à Bénarès.

50x60cm  »Bons baisers de Bénarès  », galerie Bons baisers de…

Mon père, qui avait donc accompagné à Bénarès le 🤴 Chimagi, avait perdu dans l’affaire presque toute sa fortune. Il nous a fait vivre sur un salaire de cinquante roupies par mois, tout ce que le prince Chimagi pouvait lui allouer. Plusieurs Maharadjahs, et même les Anglais, lui offrirent des postes aussi honorables que lucratifs. -. Mieux vaut mourir en pauvreté honnête que vivre dans une immorale prospérité -. Selon l’horoscope tiré à ma naissance, il était dit que je serais Reine. Il jeta son dévolu sur le Rajah de Jansi, qui était veuf et désirait se remarier pour avoir un héritier. -. Mais ton fiancé ne t’avait jamais vue, et tu ne l’avais jamais vu !-. En Inde, les 💒 sont toujours arrangés-. Alors, il n’y a jamais de 💒 d’amour ? -.Là n’est pas le plus important. Et puis, notre conception du bonheur est tellement différente de la vôtre. Le bonheur ne dérive pas du bonheur…- Michel de Grèce (La femme sacrée)

Une réflexion sur “Le Bénarès de mes jeunes années

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s