La Martinique était l’île du Sucre

 »-. Le Sucre, c’étaient des contremaîtres en pantalons de nankin avec des jaquettes, des panamas immenses, grands comme des roues de charrette, et de longs fouets en peau de 🐍, qui commandaient des files d’esclaves courbés vers la terre. Le Sucre, c’étaient des champs de cannes plantées dans des marécages, moissonnées avec des machettes à l’éclat malveillant.

Projet Viens chez moi j’habite chez une copine

Le Sucre, c’étaient des chaudrons en cuivre où un homme aurait pu tomber, dans la chaleur infernale de la raffinerie. Le Sucre, c’était l’odeur fétide de la canne brute qui imprégnait la peau et les vêtements et planait comme un gaz écoeurant au-dessus de la plantation. Le Sucre n’était pas facile à cultiver. Il exigeait de l’exactitude, de la précision, de basses plaines, un sol riche, une chaleur tropicale, une grande humidité et un ☀️ ardent. » Barbara Chase-Riboud (La Grande Sultane)

2 réflexions sur “La Martinique était l’île du Sucre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s