La science des potagers

 »-. Hélisende était plantée au milieu du salon et disait. -. Oncle Marquis, je ne peux pas partir de chez vous, parce que vos beaux jardins, beaux comme je n’en ai jamais vu, sont tout à fait scientifiques. Je voudrais continuer à résoudre la quantité de problèmes d’arithmétique qu’on peut faire avec eux. Felicia m’a prêté son mètre à couture et j’ai mesuré les côtés des neuf carrés de votre potager… Enfin, pas tous encore. J’ai tout noté sur mon petit carnet. Quand j’aurai fait mes calculs, je les emporterai chez moi pour les montrer à mon institutrice. Elle sera étonnée. Elle n’a jamais pensé à nous faire faire des problèmes de potager. Alors, Oncle Marquis, dîtes à grand-mère et maman qu’il faut que je reste ici, s’il vous plaît. Puisque vous êtes mon oncle, n’est-ce pas ?-

30x40cm  »Diplômée es études  », collection privée

Oui, ma chérie. Je suis ton oncle. Donnez donc à goûter à cette enfant -. Parce que, vous comprenez, chez nous, il n’y a aucun jardin scientifique comme ici. Vous savez, j’ai déjà compté nos rangées d’🌲et le nombre de nos pêchers, et combien il y a de 🍑 par 🌲, quand il n’a ni gelé ni grêlé, et même combien de 🍑 par kilo. Et je peux vous dire qu’il n’y a plus rien à compter là-bas, tandis qu’ici…-. Tous écoutaient l’enfant qui continuait à parler, en mangeant sa tranche de 🍰. » Janine Montupet (Les Jardins de Vandières)

Une réflexion sur “La science des potagers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s