Pousse ! Mais pousse donc !

 »-. Les rayons de ☀️ filtrant à travers les volets enflammaient la chevelure de Dolores. -. Pousse, pousse donc!-, insistait la voisine, experte en accouchements car mère de onze enfants. -. Pousse, pousse, ma chérie -, lui murmurait à l’oreille Frasquito. Dans la cuisine, la vieille mauresque qui venait rendre de petits service de temps en temps faisait bouillir des serviettes en appelant à Allah. -. Elle pousse, elle pousse-, disait-elle aux six petits frères et sœurs massés sur le pas de la porte extérieure, dans un français marqué par un fort accent arabe. -. Elle pousse, elle pousse !-, répétaient les enfants, sans trop comprendre la signification intime de la phrase. Seule Maria, forte de ses vingt ans, savait ce que cela voulait dire. Puisque les religieuses lui avaient appris que les femmes devaient enfanter dans la douleur…

Enfin, le nouveau-né vagit.-. C’est un garçon !-, cria la voisine. -. C’est un garçon-, indiqua aux enfants la mousmé. Un petit Miguel venait de débarquer en terre de Sidi Bel Abbès, le jour le plus long de l’année. Le bonheur de Frasquito se lut à peine sur son visage. Tout juste s’il prononça. -. C’est bien, c’est un garçon !-. Pour un Andalou au ❤️ tendre, c’était tout de même mieux que ce fut un garçon. Certes, il aurait autant chéri une petite fille, mais la mentalité masculine et hispanique de l’époque donnait plus de prix à l’arrivée d’un garçon… » Jean Orvane (Le maître de pelle)

Une réflexion sur “Pousse ! Mais pousse donc !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s