Jean qui pleure… et Jean qui rit

Pour parodier cette phrase bien connue, l’assemblée générale de notre association a fait le bilan plutôt mitigé d’une reprise d’activités après COVID. Soit, en me montrant mauvaise copine, Gens qui pleurent… et Christine qui rit. Car, plusieurs sections ont fermé, les effectifs ont chuté de près de trente pour cent, (nous sommes tout de même 259 adhérents), les recettes diminuent… et les charges augmentent. Sauf dans notre Atelier de peinture, qui affiche complet le jeudi après-midi, avec une bonne quinzaine d’usagers. Stop, nous refusons, hélas, les nouvelles inscriptions, faute de place, et surtout faute d’une sérénité et d’une ambiance apaisante indispensables à un travail en groupe. J’ai également ouvert un second créneau, le mercredi soir, avec six peintres non retraités, eux… Plus moult activités annexes, telles des ateliers pédagogiques familiaux.

Devinez qui a donné un air de 🎄 dans les locaux de notre association ?

-. Je suis une animatrice heureuse…- Bref, j’ai le sourire, alors que les comptes de l’association sont au rouge, et que les idées novatrices y sont carrément en panne. Pourquoi cet engouement pour un atelier en autonomie, alors que je n’ai aucun diplôme d’art ni compétences précises à mettre en avant, et que je limite mon intervention à quelques conseils techniques, assaisonnés de bienveillance et d’un zest de créativité ? Sans doute parce que, ensemble, soit une vingtaine de membres plus quelques personnes qui gravitent autour de nous, nous le faisons vivre. Expositions de peinture, ateliers, journées sympas en extérieur pour PEINDRE sur le motif, animations diverses en lien avec la peinture et la décoration, toujours un projet est en route, et le suivant se prépare déjà…

Hélas, les 🎁 ne sont que boîtes vides… Dans toute association, désormais, Père Noël compte ses 💰

Mon conseil. – Ne pas faire les choses à moitié, lorsque l’on prend un engagement, le faire vivre jusqu’au bout du bout… Ou bien passer la ✋. Intéresser les gens, ne pas faire de l’entre-soi, savoir déléguer à bon escient, c’est-à-dire distinguer les personnes qui s’investiront sans contrepartie dans le souci du bien commun. -. Communiquer, écouter et même réclamer les bonnes idées d’autrui, faire de la pédagogie, expliquer sans se lasser, plusieurs fois. – . Ne jamais se fâcher, privilégier le dialogue, tout en tenant bon sur les points les plus importants de l’engagement associatif. -. Organiser son propre auto- financement, ce qui induit des projets peu coûteux, mais qui en jettent ! Ça vous tente, le bénévolat ?

3 réflexions sur “Jean qui pleure… et Jean qui rit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s