Dans l’antre du cousin Hubert

 »-. Le cousin Hubert habitait le domaine depuis toujours, mais on le voyait peu. Il se cantonnait dans une pièce de derrière, un peu comme plus tard on installerait Augusta la folle au dernier étage du 🏰. Mais la démence d’Hubert était anodine et prenait une forme particulière, il construisait des maquettes de ⛵. Ne partageant même pas les repas de la famille, il bricolait toute la journée des maquettes qui, pendant longtemps, avaient orné le grand vestibule de Bonsam. Mais, comme elles avaient envahi à peu près tout l’espace disponible, il était devenu difficile d’évoluer autour de leurs vitrines.

50x60cm  »La Marie-Jeannette  », galerie Laissez-moi vous conter la mer

On avait alors prié le cousin Hubert, à son grand désespoir, de les transporter dans une grande pièce inoccupée, au-dessus des cuisines. On le trouvait là, absorbé à contempler, comme un farfadet égaré, ses oeuvres absolument exquises, rangées par catégories, depuis le Great Harry et le Great Michael jusqu’aux plus récents ⛵ de ligne, réduits à l’échelle. Le cousin Hubert avait un établi sur lequel il travaillait au milieu d’un désordre de morceaux de bois sciés, de vis, de chevilles, de clous, d’outils et d’un brasero. Margaret se fit rapidement un ami du vieil homme, parce qu’elle lui montait des sandwichs des cuisines. Et lui rapportait des ramilles et des branches de ses promenades dans la forêt, qu’il sciait et utilisait. Ce furent les maquettes des ⛵, dont la renommée était parvenue jusqu’en Ecosse, qui conduisirent un jour Georges Howie au 🏰. Et à Margaret. » Paméla Hill (Le Pasteur)

Une réflexion sur “Dans l’antre du cousin Hubert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s