Tortue farcie en menu de Noël

 »-. Il opéra avec dextérité, retira de la carapace la chair, les entrailles, et une graisse verte qu’il mêlat à ce qu’il avait extrait. -. Pour préparer ce plat dans les règles de la flibuste, il faudrait des oeufs durs. Nous nous en passerons. Fort heureusement, nous disposons d’autres ingrédients, herbes, épices, 🍋 de Saint-Domingue, n’oublions pas le piment de Cuba, indispensable-. Il versa les organes dans une marmite, touilla longuement avec un faisceau de cannes et enfourna le hachis dans le ventre de la grosse tortue. Il recousit l’ouverture et la recouvrit de terre grasse.-. Et maintenant, il faut patienter. La cuisson sera longue. Lorsque le Christ sera sur le point de naître, la tortue sera cuite…

La cuisson fut moins longue qu’on ne l’avait craint. On lia de cordes les pattes et la tête de la tortue pour la hisser hors de sa fosse, la faire glisser sur une civière de branches et la déposer sur un lit de cannes, au milieu du cercle formé par les convives. -. Mes amis, ouvrez grands vos yeux et vos narines !-. On détacha le plastron, qui avait pris une belle couleur de caramel, et ouvrit l’animal comme on ouvre une boîte. Il en monta une buée odorante, à fondre de bonheur, dont toute la 🌃 de Noël fut imprégnée. » Michel Peyramaure (Louisiana)

3 réflexions sur “Tortue farcie en menu de Noël

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s