Nocturnes terreurs

 »-. Et voilà ! Qui aura le courage de descendre du lit pour aller s’asseoir sur le pot, par exemple ? Car nul ne l’ignore, sous le lit, le long du mur, gît le Dragon. Chaussé de bottines montantes bien lacées, coiffé d’une casquette, ganté, masqué de lunettes de 🏍️, un crochet de fer au 👊 ! Le jour, le Dragon est absent. Vers le soir, il se revêt d’ombre, s’épaissit, se raffermit et, retenant son souffle, il se met à l’affût. Qui osera laisser prendre une jambe ? Aussitôt, crac, un coup de crochet. Et te voilà prise ! Le 🐉 ne nous mange probablement pas, mais il nous entraîne, nous emporte, nous fait passer de force sous la plinthe… Et c’est l’interminable chute sous le plancher, au fond d’un abîme poussiéreux.

Projet Nos amies les Bêtes, B comme Bestiole

D’autres créatures du soir font le gué dans la chambre. Fragile et translucide, mais fluet mais effrayant, le Momifié investit le placard. À l’aube, il disparaît derrière les moulures des boiseries. Derrière les boursouflures du papier peint, se tapissent Indril et Chizdrik, l’un gris, l’autre verdâtre. Tous deux rapides à la course et dotés de multiples paires de jambes. Par terre, dans l’angle de la pièce, il y a encore un petit carré grillagé de cuivre, avec un puits noir dessous, l’aération. Même dans la journée, il est dangereux de s’en approcher ! Du fond des ténèbres, sans sourciller, les Yeux nous transpercent du regard. Mais le plus terrifiant de tout est anonyme. Il se tient tout le temps derrière moi, et me frôle la nuque… » Tatiana Tolstoï (🔥 et poussière)

2 réflexions sur “Nocturnes terreurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s