Labyrinthe à l’américaine

 »-. Rien n’est plus simple que de trouver son chemin dans un Manhattan géométrique. Rien, cependant, n’est plus facile pour un nouvel arrivé que de s’y perdre. Invités hier dans le voisinage de la soixantième rue et de York Avenue, nous nous trouvâmes sans aucune autre possibilité de tourner à droite ou à gauche. De l’autre côté, à Queens, un problème se posa, comment regagner Manhattan ? Après de nombreux tours et détours, nous decouvrîmes la bonne entrée du port. Aujourd’hui, en suivant la flèche qui indique la bonne direction, nous nous sommes perdus derechef.

60x60cm  »Labyrinthesque », galerie Chemins de spiritualité

La pluie ne rafraîchit pas l’atmosphère. Une brume jaunâtre et chaude noie le sommet des hauts immeubles. La circulation est intense. Les essuie-glaces raclent les vitres. Nous nous taisons. Le flot pressé des voitures semble plus pousser vers le tunnel. Des ponts et des tunnels relient l’île de Manhattan à ses satellites, les cinq districts qui forment la cité de New-York. Cette ville est sans doute la seule où l’on ne puisse entrer et d’où l’on ne puisse sortir sans acquitter un droit de péage. Il appartenait à l’agglomération la plus moderne du monde de perpétuer les usages médiévaux. » Agnès Chabrier (Mémoires d’un proche avenir)

2 réflexions sur “Labyrinthe à l’américaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s