Sweet home chez Lady Diana

 »-. Sa chambre n’était pas dépourvue d’originalité. Elle révélait un lit très large et très bas, couvert de velours bleu paon et flanqué de deux torchères électriques dressées comme des thyrses lumineux veillant sur son sommeil. Une peau géante d’ours blanc du Groenland saignait des pétales de 🌹 rouges tombées d’une jatte de cristal voisine. Aux murs, je vis des gravures anciennes de Nanteuil, un original de Félicien Rops, rigoureusement érotique, un tableau d’Alma excessivement puéril et une grande photographie de la maîtresse de 🏡 dansant en chlamyde transparente sur les cheveux en brosse d’une pelouse passée à la tondeuse.

50x50cm  »Bulles de savon  »

Lady Diana me fit admirer sa salle de bains en marbre blanc digne d’un balnéum romain  et son cabinet de toilette laqué vert Nil, où les flacons de verveine et d’ambre alternaient avec les fioles de permanganate de potassium. Un laboratoire complet pour l’entretien de l’épiderme public et des muqueuses privées, avec des jeux de brosses en vermeil, des ongliers garnis comme des trousses d’oculiste, un bain de siège en faïence céruléenne monté sur roulements à billes avec jets obliques, ascendants, centrifuges et entrecroisés. En sortant de cette salle d’opération hygiénique, elle m’assura qu’elle n’avait jamais eu d’enfant. Je la crus sans peine. » Maurice Debroka (La Madone des sleepings)

2 réflexions sur “Sweet home chez Lady Diana

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s