Les contes de la syphilis

 »-. Il y a un rapport direct entre l’oeuvre fantastique de Guy de Maupassant et sa maladie. Dans ce fantastique, nous voyons la manifestation la plus claire de la maladie, et non seulement de la syphilis et d’une trop grande sensibilité nerveuse, mais aussi d’une prédisposition à la psychose. L’histoire de la syphilis de Maupassant est connue, elle a été contractée en 1876 ou en 1877, elle a causé d’abord des troubles optiques, des migraines, puis elle a attaqué le cerveau. Elle a paralysé à des moments de plus en plus fréquents les mouvements, la parole, la pensée. Et, en janvier 1892, ce fut un agonisant que l’on amena dans la maison de santé du docteur Blanche, où il mourut le 6 juillet 1893.

Projet La minute 🦋, les ambulances 🦋

La fragilité nerveuse peut être constatée à partir des données biographiques, fournies par Maupassant lui-même, par ses amis, ses serviteurs. Ces données font connaître aussi que cette fragilité n’est pas sans rapport avec la personnalité d’une mère, elle-même névropathe, malheureuse, dominatrice, et à qui son fils est très fortement attaché. Quant à la structure psychotique, seules les oeuvres la laissent entrevoir, avec la plus grande netteté. Et ce furent… Contes d’angoisse… Contes de la psychose… » Antonia Fonyi

Une réflexion sur “Les contes de la syphilis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s