Les gens d’à côté

 »-. J’ai des nouveaux voisins, dans la 🏡 de ma voisine depuis toujours, qui est morte. Qui était de vingt ans mon aînée. Sa mort m’a marqué, elle me manque car elle avait pour moi de la présence. Un jour, je n’ai plus vu sa lumière le soir… D’abord, la 🏠 de retraite, puis elle s’est éteinte avec sa lumière, pour de bon, un dimanche matin. La 🏡 vendue, je ne regarde plus ses fenêtres, quelqu’un que je ne connais pas ferme es volets, ses volets. Maintenant, il y en a qui sont là, dans sa 🏡, celle que je regardais et que je ne regarde plus. Je ne sais pas ce que c’est que ces gens. Ce sont des Parisiens ? Je ne les ai jamais vus, ils viennent un peu le samedi car ils garent leur voiture. Des Parisiens, peut-être pas de Paris ?

30x40cm  » Clin d’👁️‍🗨️ sur paysage, gouache, galerie La meilleure façon d’habiter

Les gens de dehors, ce ne sont pas des 👁️‍🗨️ pour regarder, ils n’ont pas des 👁️‍🗨️ pour voir ce pays comme je le vois, ni pour les vivants qui y habitent, ni pour les morts qui y ont habité. Nous avons pourtant les mêmes choses devant les 👁️‍🗨️, eux et moi. On ne voit pas les gens venus d’ailleurs, on voit leurs voitures, on sait qu’ils sont là. Encore une question de voir. Ça m’aura beaucoup occupé, cette histoire de voir, entrevoir, de voir mal et trop voir… C’était voulu d’avance, les gens ne vivent plus ensemble. Dans la vie, tu as parfois les 👁️‍🗨️qui disparaissent. Ces gens ne vivent pas sur notre terre, ils ne viennent pas se présenter, ni dire bonjour, je ne vais pas courir après, ce serait impoli, ils penseraient de moi. -. Quel impoli, ce curieux !-. On m’a dit que c’est un couple, un homme et une femme, je ne sais pas non plus s’ils sont vieux, ou pas. » Paul Bedel (Nos 🐮 sont jolies parce qu’elles mangent des 🌸💐)

3 réflexions sur “Les gens d’à côté

  1. Coucou Christine, je ne connais pas nos voisins, juste un signe de tête si par hasard ils sortent de leur cour quand je passe, en face de moi pas de voisins ni de voisines , une maison vide laissée à l’abandon ou presque qui ne revit qu’au moment des vendanges et au passages « des tales » et où les occupants des jeunes souvent marginaux , font comme si nous n’existions pas! déplorable cette société d’aujourd’hui. Bisous MTH

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s